En roue libre à travers l'Europe
132 jours - 9.500 km - 14 pays
  Me contacter

  Voyages en vélo

  Autres voyages

  Ornithologie

  Mammifères


  Newsletter

  Carte du voyage

Ma dernière position :

L'est de l'Allemagne

Magnifique journée le long de l'Elbe

Commentaires (2)

Le 14-07-2013
Je quitte mon dernier camping Tchèque et démarre mon trajet en descendant le cours de la rivière Ploucnice qui serpente entre les vertes collines.

Il fait frais ce matin et je roule quelques km avec la polaire. Le ciel est un peu voilé, mais le soleil va de nouveau l'emporter.

J'arrive dans la grande ville de Decin où je fais quelques courses pour dépenser mes dernières Couronnes Tchèques. Je fais aussi une petite pause WiFi, car il n'y en avait pas au camping hier.

A partir de maintenant et pour 3 jours, je vais suivre l'Elbe, un fleuve qui prend sa source en République Tchèque pour ensuite traverser l'Allemagne et se jeter dans la mer du Nord.

Il existe une véloroute qui suit ce fleuve et je commence à l'emprunter ici à Decin. Je retrouve enfin de vraies pistes cyclables sans voiture, cela faisait bien longtemps, c'est un vrai bonheur !!!

Après un dizaine de km, j'entre en Allemagne, plus précisément en Saxe, l'un des 5 Länder de l'ex-Allemagne de l'Est. La région que je traverse au début se nomme la Suisse Saxonne. C'est un parc national, l'Elbe coule entre de hautes collines couvertes de forêts desquelles émergent des formations rocheuses très découpées.

L'Elbe a connu une très importante crue il y a à peine 6 semaines et on voit encore des sacs plastiques et des paquets d'herbes sèches dans les arbres à plus de 5 mètres du niveau actuel. Par contre, la piste est parfaitement nettoyée.

De jolis villages aux façades colorées sont bâtis sur les bords du fleuve et certains ont bien souffert de la crue. C'est le cas à Bad Schandau où nombre de magasins et hôtels sont encore fermés.

Plus loin, on peut voir la forteresse de Konigstein bâtie au sommet d'une colline. Par la suite, la vallée s'élargit et les collines sont de moins en moins élevées.

Nous sommes dimanche et au mois de juillet, donc la véloroute est une autoroute à vélos, j'en ai croisé des centaines durant la journée, beaucoup avec des sacoches pour voyager plusieurs jours.

Le seul bémol dans cette superbe journée, c'est encore le vent de nord-ouest qui souffle de face, parfois en grosses rafales dans la vallée. J'arrive en vue de Dresde qui sera mon étape du jour.

Dresde est la capitale de la Saxe, elle a été surnommée la Florence de l'Elbe en raison de ses collections d’art, mais aussi de son architecture baroque. La ville a été très sévèrement détruite par les bombardements lors de la seconde guerre mondiale, mais elle a depuis été magnifiquement restaurée.

Je visite notamment la Frauenkirche, une église à l'intérieur baroque superbe et conçue comme un théâtre avec plusieurs étages pour les fidèles, étonnant...

On peur aussi y voir le château qui fut la résidence des princes et rois de Saxe jusqu'en 1918. Sur un des murs extérieurs, on peut voir le Fürstenzug, une immense fresque de 100 m de long en porcelaine qui représente les différents souverains de Saxe.

A côté se trouvent la cathédrale, l'opéra et le palais Zwinger. Bref, une ville magnifique où j'aurais pu passer plus de temps. Mais, je dois encore me rendre chez mon hôte Warmshowers du jour, à l'ouest de la ville. Je vais dormir chez Stephan, plutôt chez ses parents où il vit et où je passe une excellente soirée.
km jour : 101, km total : 7374



Retour en haut

Dans le vent le long de l'Elbe

Commentaires (0)

Le 15-07-2013
Après avoir bien dormi, je quitte Stephan chez qui j'ai passé une très bonne soirée. Ce matin, il fait frais et le ciel est assez nuageux. Le vent de nord-ouest est déjà bien établi et va gêner ma progression toute la journée...

Je rattrape la véloroute sur la rive gauche de l'Elbe. La piste est souvent très bonne, mais parfois, il faut rouler sur des pavés sur plusieurs centaines de mètres.

Ja passe rapidement à Meissen où l'on peut voir l'église bâtie sur un promotoire rocheux surplombant l'Elbe. Hier, j'ai détecté un nouveau rayon cassé (ça fait 4 depuis le début), il faut donc le changer. Stephan m'a donné l'adresse d'un réparateur qu'il connait dans la ville de Riesa. Le changement prend à peine un quart d'heure et je ne paye que 5 euros !!!

Je peux donc continuer ma route pour aller pique-niquer un peu plus loin au bord de l'Elbe, cela faisait longtemps que je n'avais pas trouvé un si joli site.

Le vent commence à être très fatiguant et je termine les 30 derniers km sur la route qui est plus directe que la piste. J'arrive à Torgau où je m'installe au camping au bord du lac 'Grosser Teich'. Le ciel s'est bien dégagé et le soleil brille de nouveau.

Je vais ensuite faire un tour dans la ville où l'on peut voir l'église Notre-Dame et un grand château. Ce dernier est partiellement en cours de restauration. Il a la particularité étonnante d'avoir des ours bruns dans ses fossés. D'après ce que j'ai compris, il y en a depuis le début au 16ème siècle. En ce moment, ils sont deux à brouter l'herbe...

J'essaie aussi de trouver du WiFi puisqu'il n'y en n'a pas au camping, mais pas moyen de trouver une connexion ouverte. Tant pis, je verrai demain en route.
km jour : 94, km total : 7468



Retour en haut

Aux sources du Luthérianisme

Commentaires (0)

Le 16-07-2013
Pas grand monde dans le camping à part deux groupes de 3 cyclos allemands et quelques habitués dans les mobil-homes, donc une nuit calme et paisible pour bien récupérer. Le soleil brille dès le matin et il va faire assez chaud dans la journée.

Je retrouve la véloroute sur la rive gauche de l'Elbe. Mon compagnon de voyage, le vent de nord-ouest est toujours là, mais un peu moins pénible qu'hier car la piste zigzague beaucoup et je l'ai même dans le dos sur quelques portions.

Le paysage est assez varié, presque toujours sur une piste cyclable, parfois sur de petites routes. Je traverse des zones humides avec de nombreux petits lacs, puis des champs, des forêts et des petits villages. La véloroute est très bien balisée. Je prends aussi un bac pour passer sur la rive droite.

Je change de Land pour arriver en Saxe-Anhalt. Je roule tranquillement car mon étape est assez courte et j'arrive en début d'après-midi à Wittenberg. J'avais repéré un camping, mais finalement je m'arrête avant, dans le club d'aviron qui propose d'installer sa tente sur leur pelouse pour 5 euros. J'avais déjà testé cette formule dans les clubs de canoë le long du Danube.

Le monsieur qui m 'accueille est très sympa, j'ai même le droit d'utiliser la cuisine, il me donne un plan de la ville pour la visite et me laisse les clés du club pour la nuit. J'ai encore quelques souvenirs de mes cours d'allemand en 4ème et 3ème car je comprends à peu près ce qu'il me raconte.

Je plante la tente et pars donc visiter Wittenberg, qui s'appelle en Allemand Lutherstadt-Wittenberg, c'est à dire Wittenberg, la ville de Luther. En effet, c'est ici que Martin Luther, le fondateur du Protestantisme, a vécu de 1508 à 1546 et a fondé cette nouvelle religion.

On peut y voir la maison de Luther, plutôt le couvent où il a été moine et l'église Ste Marie, l'église-mère du Protestantisme, où Luther a prêché. Il y a aussi un château, une église catholique et de jolies rues et places piétonnes. Beaucoup de bâtiments sont en travaux car en 2017, on célébrera les 500 ans du Luthérianisme.

Je trouve enfin un hotspot de WiFi gratuit pour publier le blog. Ce soir, j'écris le récit du jour entouré de moustiques, je dois me couvrir tout le corps. En effet, les bestioles ont proliféré suite à la crue de l'Elbe qui a laissé partout des eaux stagnantes.
km jour : 70, km total : 7538



Retour en haut

Poussière et chaleur dans le Brandebourg

Commentaires (1)

Le 17-07-2013
Je prends un petit déjeuner copieux au club d'aviron (oeuf dur, charcuterie, fromage, pain, confiture, nutella, jus d'orange) avant de prendre la route.

Une nouvelle fois, il va faire très beau aujourd'hui et la température va bien grimper dans l'après-midi.

Je quitte les rive de l'Elbe (que je retrouverai dans une dizaine de jour à Hambourg) pour continuer ma route vers le nord. Je vais suivre une nouvelle véloroute qui s'appelle la route R1.

Elle emprunte de petites pistes goudronnées et parfois non, donc assez poussiéreuses à travers les champs et de grandes forêts de pins. Le paysage est légèrement vallonné et magnifique sous le soleil.

J'arrive dans le Land de Brandebourg où le sol est de plus en plus sablonneux, c'est parfois difficile d'avancer dans les pistes de sable mou avec le vélo chargé.

Je quitte l'itinéraire R1 pour rejoindre mon étape du jour. Je vais dormir chez Tobias, plutôt chez ses parents dans le village de Wildenbruch, près du lac Seediner See.

Je dois rouler sur de nouvelles pistes sableuses pour trouver la maison. La douche fait beaucoup de bien !!!! Le vélo a aussi droit a un nettoyage, car il est couvert de poussière.
km jour : 88, km total : 7626

Retour en haut

Postdam et Berlin

Commentaires (0)

Le 18-07-2013
Je prends un bon petit déjeuner Allemand chez mes hôtes et les quitte sous un soleil encore une fois bien brillant. Hier soir et ce matin, nous avons pu manger sur la terrasse. J'ai visiblement beaucoup de chance cette année, car l'an dernier, ils n'ont pu le faire que 2 jours durant tout l'été...

J'ai une courte étape kilométriquement parlant, mais chargée au niveau des choses à voir. Au bout de seulement 12 km, j'arrive déjà à Postdam, une ville qui est un peu le Versailles Allemand car elle fut la résidence des souverains de Prusse. Elle est donc très riche en monuments historiques.

Je n'aurai pas le temps de tout voir, mais je visite tout d'abord deux églises : St Nicolas et St Pierre et Paul. Je me dirige ensuite vers l'immense parc Sanssouci. C'est tout d'abord un magnifique jardin. De plus, il abrite plusieurs palais et châteaux. Je vais voir le château Sanssouci, puis le nouveau Palais et l'orangerie.

Je poursuis ma route vers un quartier russe où l'on peut voir de jolies maisons en bois et une chapelle orthodoxe. Je termine la balade dans Postdam dans le Neuer Garten (nouveau jardin) au bord du lac Heiliger See. On peut y voir le joli château Cecilenhof et une plage nudiste presque en pleine ville et devant les enfants qui passent sur les chemins !!!

Je quitte ainsi Postdam en passant sur un pont entre deux lacs et fais un arrêt photo après la traversée. Il y a là un groupe de touristes chinois dont l'un d'entre eux me prend par le bras, sans rien me demander, pour se faire prendre en photo avec moi...

Il me reste une trentaine de km avant d'atteindre Berlin, mon étape du jour. Tobias m'a indiqué une piste cyclable qui passe dans la forêt à côté d'une autoroute. J'arrive ainsi tranquillement dans la capitale allemande. J'ai encore une dizaine de km à rouler en ville, parfois sur des pistes cyclables jusqu'au quartie de la gare centrale.

Il y a eu ici jusqu'il y a deux ans un terrain de camping qui n'accueillait que les tentes, mais il a disparu, remplacé par des immeubles et des terrains de sport. Comme je n'ai trouvé personne pour m'héberger, je vais à l'auberge de jeunesse qui se trouve juste à côté où je trouve un lit en dortoir de 6.

Il me reste encore du temps pour commencer la visite de Berlin. Je suis près du centre et je commence par ce qui est le plus proche, c'est à dire le Reichstag qui abrite maintenant le Bundestag, c'est à dire l'assemblée nationale. A côté se trouve la célèbre porte de Brandebourg qui se trouve entre la rue du 17 juin et la rue 'Unter den Linen' (sous les tilleuls).

Le centre ville est un immense chantier car on y construit une nouvelle ligne de métro. Il est donc parfois difficile de prendre de bonnes photos en évitant les grues ou palissades. Je poursuis ma visite par la place gendarmenmarkt où se font face le dôme français et le dôme allemand. Entre les deux se trouve la salle de concert. Je passe ensuite devant les bâtiments de l'universté Humbolt et arrive devant l'immense église Berliner Dom.

Plus loin, on aperçoit derrière les palissades de chantier, l'hôtel de ville tout en briques rouges. La haute tour de télévision est elle plus visible. Je termine l'après-midi par la visite de l'église Ste Marie.
km jour : 57, km total : 7683



Retour en haut

Ich bin ein Berliner

Commentaires (0)

Le 19-07-2013
Je suis Berlinois, mais juste pour une journée. Aujourd'hui, je poursuis ma visite et je prépare la suite de l'itinéraire. Au risque de me répéter, c'est une nouvelle journée estivale qui s'annonce, je vais finir par le payer un jour !!!!

Comme souvent dans les dortoirs d'auberges de jeunesse, un groupe a débarqué en pleine nuit sans être vraiment discret pour occuper les 4 lits vacants de la chambre. Mais bon, j'ai suffisamment dormi pour partir vers 8h30.

Ja passe par la porte de Brandebourg dont je peux photographier l'autre côté (depuis la place de Paris), et sans touristes en plus. Je pars ensuite voir ce qui a marqué l'histoire de la ville pendant 28 ans, le célèbre mur de Berlin qui a coupé la ville en deux (Berlin-est et Berlin-ouest). Il en reste encore quelques fragments en mauvais état car chacun est venu prendre son petit morceau de béton historique lors de la chute du mur. Ailleurs, l'emplacement du mur est marqué au sol par une ligne de pavés.

Dans le même quartier se trouve le Checkpoint Charlie, point de contrôle de l'armée américaine, ainsi qu'une petite exposition de fragments de murs peints par plusieurs artistes. On propose aussi des tours de la ville dans les Trabant, vieilles voitures de l'Allemagne de l'Est. J'en avais déjà vu une 'vraie' lors de mon passage dans la campagne il y a 3 jours.

Je retourne également sur la place Gendarmenmarkt pour photograhier la façade de la salle de concert. Puis, je remonte la rue du 17 juin jusqu'à la Siegessaüle, un monument qui commémore des victoires militaires. Cette rue traverse le Tiergarten, un grand parc semblable aux bois de Vincennes ou Boulogne à Paris.

Pour être un vrai Berlinois, il faut manger une Currywurst, c'est à dire une espèce de fricadelle couverte de poudre de curry. J'en mange une avec des 'Pommes', c'est ainsi qu'on appelle les frites en allemand.

Cet après-midi, je retourne dans le calme et l'ombre du Tiergarten pour écrire le blog. Demain, je poursuis ma route vers le nord pour atteindre la mer Baltique en 3 étapes.



Retour en haut

Arrivée dans la région des lacs

Commentaires (0)

Le 20-07-2013
8h00, c'est parti, je quitte Berlin vers le nord. Aujourd'hui, j'ai prévu de suivre la route B96, une route nationale. Au niveau météo, rien de neuf, toujours grand beau.

La sortie de la ville se passe sans soucis, j'ai des pistes cyclables quasiment tout le temps et la circulation est plutôt calme.

Jusqu'au km 40, pas de problèmes, je roule tranquillement sur la piste cyclable. Puis, celle-ci s'arrête brusquement et la route devient assez étroite et la circulation est beaucoup plus intense, ce sont les départs en vacances ou en week-end.

Je dois donc rouler sur une bande étroite à droite de la route pendant une vingtaine de km. J'arrive à Gransee, une joli village, où je pique-nique à côté de l'église. Le village est encore entouré presqu'entièrement d'un rempart.

Pour la fin de l'étape, je trouve un autre itinéraire un peu plus long, mais qui évite la route B96. Il est beaucoup plus agréable entre champs de tournesols et forêts de pins.

J'arrive ainsi à Fürstenberg/Havel où je m'installe au camping au bord du lac Röblinsee. La ville est bordée par deux autres lacs, Schwendtsee et Baalensee. C'est ici que commence une région parsemée de lacs que je vais traverser demain.
km jour : 88, km total : 7771



Retour en haut

Lacs et chaleur

Commentaires (1)

Le 21-07-2013
La nuit fut calme au bord du lac Roblinsee et le soleil vient frapper à ma tente dès 6h30. Il fait déjà chaud quand je pars à 8h30 et le ciel restera limpide toute la journée.

Je retourne sur la route B96 qui est beaucoup plus calme ce matin. Après 15 km, je passe dans la ville de Neustrelitz qui est quasiment déserte en ce dimanche matin. Pour la suite du parcours, je vais emprunter de petites routes en bordure du parc national Müritz.

Ce parc tire son nom de celui du plus grand lac de la région. Je roule dans de très beaux paysages entre prairies, forêts et lacs. Le parc abrite de nombreuses espèces d'oiseaux. Je peux par exemple observer des grues cendrées qui se reproduisent dans les forêts marécageuses. Il y a aussi deux espèces de rapaces pêcheurs ; le balbuzard dont j'ai déjà vu un individu hier soir au dessus du lac au camping. J'en verrai aujourd'hui deux nids bâtis sur des pylones électriques. L'autre rapace est le pygargue à queue blanche, un immense aigle que j'ai déjà vu dans le delta du Danube.

J'arrive à Waren, la grande ville de la région au bord du lac Müritz où je fais un pause glace car il commence à faire bien chaud en ce début d'après-midi. Il me reste encore une trentaine de km à rouler. La région est relativement vallonnée et les petites côtes se succèdent.

J'atteins enfin le petit village de Dahmen, au bord du lac Malchinersee et je plante la tente dans le camping. En arrivant, j'ai la chance de voir passer un pygargue à queue blanche. Je vais me raffraîchir dans le lac qui est peu profond, donc bien chaud.
km jour : 92, km total : 7863



Retour en haut

Rostock et Ostsee

Commentaires (0)

Le 22-07-2013
J'ai beau remonter vers le nord, le soleil reste omniprésent et une nouvelle très belle journée s'annonce. Je quitte mon petit camping campagnard pour rejoindre la route.

Nous sommes lundi et les camions sont de retour sur les routes. La circulation est donc assez importante sur les 60 premiers km avec quasiment aucune piste cyclable. L'ex-Allemagne de l'Est a encore du retard à ce sujet par rapport à l'ouest du pays.

Après cette matinée sans grand intérêt, j'arrive dans l'agglomération de Rostock où je ravitaille et pique-nique dans un parc à l'entrée de la vieille ville.

Rostock est un grand port sur la mer Baltique, d'ici partent notamment beaucoup de ferrys vers les pays scandinaves. Elle est batie sur l'embouchure du fleuve Warnow et on ne peut pas encore voir la mer. Par contre, je vais visiter la ville ancienne avec ses jolies façades de style flamand. L'église Ste Marie est assez impressionnante, la nef est très haute, on peut y voir un immense vitrail de 25 m sur 10. Mais, ce qui est le plus notable, ce sont les immenses orgues de style baroque.

Je passe sur la place de l'hôtel de ville, la place de l'université en traversant les jolies rues piétonnes. Il me reste encore 25 km pour rejoindre le premier camping sur la côte. Pour cela, il faut traverser une grande agglomération sur des pistes cyclables cette fois, mais en longeant de grandes routes à 4 voie.

La température est beaucoup plus supportable qu'hier grâce à la proximité de la mer. Sur les derniers km, je rejoins un itinéraire cyclable qui longe la mer Baltique (qu'on appelle Ostsee en Allemand, la mer de l'est). La piste traverse la forêt avec quelques vues sur la mer, ele n'est pas groudronnée, mais en très bon état.

J'arrive au camping à Börgerende où un panneau indique 'Camping complet'. Heureusement, il reste de la place pour les petites tentes. Le camping est effectivement bondé, les caravanes et grandes tentes sont agglutinées les unes aux autres et même sur la partie réservée aux petites tentes, il ne reste quasiment plus de place ce soir. Je regrette déjà mes petits campings de campagne où j'étais quasiment le seul campeur...

Je vais faire un tour sur la plage où il y a une partie 'naturiste' et une partie 'textiles'. Il y a là aussi beaucoup de monde. Le village est assez petit avec quasiment aucun commerce, uniquement des maisons de vacances.
km jour : 89, km total : 7952



Retour en haut

Le long de la Baltique

Commentaires (2)

Le 23-07-2013
Je quitte le camping, qui a été le plus cher depuis le début du voyage (15 euros), sous le soleil. Je vais rouler toute la journée sur la véloroute qui suit les côtes de la Baltique.

Elle débute par une piste qui suit le rivage jusqu'à la grande station balnéaire de Kühlungsborn. On peut y voir sur la plage les cabines blanches en osier typiques de la région. Ensuite, je vais rouler sur des pistes cyclables le long de petites routes plus ou moins près de la mer, qui offrent parfois de superbes vues au sommet de petites côtes. Je croise de nombreux cyclistes, dont beaucoup de voyageurs, et même une famille qui marche avec les gros sacs à dos...

J'arrive à Wismar, une grande ville portuaire qui ressemble à Rostock que j'ai vue hier. Je mange une pizza et je vais faire un tour dans le centre ancien. Je visite les églises St Nicolas, Ste Marie et St Georges ainsi que la place de l'hôtel de ville. Il commence à faire chaud et je quitte rapidement la ville pour rejoindre le camping le plus proche.

Ce n'est pas difficile, il y en a tout au long de la côte et je m'arrête à celui de Zierow. Il est tout aussi bondé que celui d'hier, mais je trouve une place à l'ombre pour installer ma tente. Comme je n'ai pas trouvé un seul hotspot WiFi sur la route, je me paie 1 heure de connexion au camping.

N'étant pas adepte des plages à touristes, demain, je repars dans l'intérieur pour trouver un peu plus de calme.
km jour : 66, km total : 8018 (nouveau millier atteint !!!)



Retour en haut

Voyage terminé, je suis rentré le 13 août

   - Magnifique journée le long de l'Elbe

   - Dans le vent le long de l'Elbe

   - Aux sources du Luthérianisme

   - Poussière et chaleur dans le Brandebourg

   - Postdam et Berlin

   - Ich bin ein Berliner

   - Arrivée dans la région des lacs

   - Lacs et chaleur

   - Rostock et Ostsee

   - Le long de la Baltique

 

Au fil du temps

 Retour en France

 Pays-Bas et Belgique

 L'Allemagne du Nord-Ouest

 L'est de l'Allemagne

 La République Tchèque

 Le sud de la Pologne

 Petit tour en Ukraine

 La Roumanie du nord-est

 Le delta du Danube

 Dernière ligne droite

 Les Balkans

 La Hongrie

 Le Danube en Autriche

 Le Haut Danube Allemand

 La vallée du Rhin

 Bourgogne et Franche-Comté

 La Loire à vélo

 Berck - Saint-Nazaire

 Départ prévu début avril 2013

 Le projet