Voyages en vélo

Dernière ligne droite

Arrivée en Roumanie

Commentaires (0)

Le 01-06-2013
Pas de nouvelles de mes hôtes ce matin, j'aurais pu partir sans payer, mais je suis honnête... je laisse les billets sur la table. Après 500 m de route, je croise un autre cyclo, c'est un néo-zélandais qui est parti d'Istanbul.

Le barrage Derdap I

Il me reste 13 km à rouler en Serbie pour atteindre la barrage des portes de fer I. Aussi appelé Derdap I, il mesure 448 m de large et 30 m de haut. Il a été construit conjointement par la Roumanie et la Yougoslavie entre 1962 et1974 et produit 2100 Megawatts.

Entrée en Roumanie

Après le passage des postes frontières,j'entre dans le 9ème pays de mon voyage, la Roumanie. C'est la dernière ligne droite avant l'arrivée à Constanta qui marquera la fin du trajet aller.

Enseigne connue

Retour en haut

Plusieurs choses sont différentes ici. Tout d'abord la circulation, beaucoup plus importante, mais on peut rouler sur la bande d'arrêt d'urgence. Ensuite, la langue, elle est latine, donc plus facilement compréhensible pour nous.

La water tower de Dobreta

J'arrive dans la grande ville de Dobreta Turnu Severin. Autres nouveautés, on voit des enseignes Cora et Carrefour... Je fais mes courses au carrefour market, les prix sont plus élevés qu'en Serbie !! Je trouve une baguette (toute molle), des gaufres liégeoises, … pour mon pique-nique.

Camping du jour

Je reprends l'itinéraire qui emprunte une 4 voies très fréquentée pendant encore une quinzaine de km avant de rejoindre de petites routes plus calmes le long du Danube. J'ai beaucoup lu et entendu parler de l'état des routes roumaines, mais aujourd'hui, elles étaient très bonnes. Le temps est assez couvert, mais laisse passer quelques rayons et aussi une nouvelle averse orageuse qui ne dure que 15 mn.

Retour en haut

Les villages traversés sont de plus en plus pauvres, seule la route principale est goudronnée, mais les autres sont en terre. Certaines maisons sont en très mauvais état. Je croise aussi quelques charrettes tirées par des chevaux...(non, je ne ferai pas de blague sur les lasagnes !!!).

J'arrive à trouver de quoi manger pour le soir dans une petite épicerie pas très bien garnie. Ce soir, ce sera une boite de saucisse – haricots, style cassoulet. Bien sûr, aucun hébergement, même chez l'habitant, donc ce sera camping sauvage. Les coins sont faciles à trouver, il y a des bois un peu partout et je m'installe en lisière de l'un d'eux.
km jour : 87, km total : 4489

La campagne Roumaine sous le soleil

Commentaires (1)

Le 02-06-2013
Il fait clair très tôt lorsqu'on dort sous la tente et je me lève à 6h30. Je prends mon temps car j'ai une étape courte et prends la route vers 8h30. Le soleil éclairait déjà dès 6h00 et il brillera largement pour la première vraie journée de beau temps depuis longtemps.

Eglise un peu kitsch

Retour en haut

Je reprends ma route à travers la campagne roumaine et les petits villages qui se ressemblent tous se succèdent. C'est dimanche et il y a plus de charrettes à cheval que de voitures sur les routes. Le revêtement est par endroit bien bosselé, mais certaines sections viennent d'être refaites.

Campagne roumaine

Le principal intérêt pour moi, ce sont les nombreux oiseaux que je peux observer, dont de nouvelles espèces pas encore vues pendant le voyage.

Eglise à Garla Mare

Les épiceries sont ouvertes même le dimanche et je peux ravitailler sans problème. Les gens sont très sympas dans les villages, très souriants et me saluent volontiers, certains viennent me parler.

Eglise à Calafat

Retour en haut

Je rattrappe ensuite une route plus importante, mais toujours très peu de circulation jusqu'à Calafat, mon étape du jour. Comme j'ai besoin d'une douche, je cherche un hébergement en dur. Je trouve une pension, en fait un petit hôtel à quand même 20 euros la nuit.
km jour : 82, km total : 4572

Soleil et vent

Commentaires (0)

Le 03-06-2013
Je quitte l'hôtel où la chambre était très correcte et passe faire un peu de ravitaillement dans un beau supermarché à Calafat. Ce matin, le soleil brille et le vent souffle fort, mais, je l'aurai dans le dos toute la journée !!!!

Nourrissage des cigogneaux

C'est un peu la journée idéale du cylo-voyageur, soleil, vent dans le dos, revêtement correct et très peu de circulation. Le paysage est un peu monotone, certes, mais, comme hier, l'intérêt réside dans les observations d'oiseaux.

Pause pique-nique

Retour en haut

Tout d'abord, je vois des dizaines de nids de cigognes. Elles sont installées sur les poteaux électriques dans tous les villages. Les jeunes cigogneaux sont nés et se font nourrir par leurs parents.

La lac Bisteul

Je fais une pause pique-nique dans un joli petit abri construit à côté d'une fontaine. Près de là, se trouve le lac Bisteul qui mesure plusieurs km de long. Lorsque la route passe suffisamment proche, je peux y observer pas mal d'oiseaux.

Pour la nuit, j'ai repéré un camping bien placé à environ 85 km de Calafat. Un panneau me le confirme : 'Camping, bungalows, restaurant, boissons à 9 km'.

Retour en haut

Mais, surprise à la roumaine, le camping est abandonné, les bungalows fermés et pas de sanitaires. Je m'installe quand même car le site est joli entre une rivière et une forêt. J'y retrouve deux allemands qui font le trajet Belgrade-Mer Noire. Le vent souffle toujours et le montage de la tente est difficile.

Vu ce qu'il y avait marqué sur le panneau, je n'avais pas ravitaillé pour le soir. Je dois donc aller au prochain village pour trouver une épicerie très mal achalandée. Pas moyen d'avoir des œufs ou du lait... Je vais devoir me contenter d'un cassoulet roumain ce soir. C'est visiblement le seul plat en conserve qui existe dans le pays !!!

En face de l'épicerie, je trouve aussi un salon de coiffure, ça tombe bien car j'en ai besoin. La coiffeuse est très sympa et le client précédent reste avec elle. Il me dit qu'il travaille en France (construction, ferraille), mais il ne parle pas bien français. La coupe (bien faite aux ciseaux) me revient à 10 Lei, soit moins de 2,5 euros.

Retour en haut

C'est ainsi que se termine mon deuxième mois de voyage, déjà... Il me reste moins de 500 km pour arriver à Constanta, soit 5 ou 6 jours, j'ai hâte d'y être!!!
km jour : 87, km total : 4659

Compagnie et camping inattendus

Commentaires (0)

Le 04-06-2013
Ce matin, le vent souffle toujours autant, mais je ne me suis pas envolé... Je replie le camp rapidement car il fait frais dans ce vent. Le ciel est un peu plus couvert qu'hier, mais le soleil va quand même faire monter la température rapidement.

Monument aux morts à Corabia

Après quelques km, je rattrappe une route un peu plus importante, mais toujours peu de circulation. L'intérêt, c'est que les épiceries sont un peu mieux achalandées par ici.

L'église orthodoxe de Corabia

Retour en haut

Après une vingtaine de km, j'aperçois au loin une silhouette de cyclo-voyageur. Je mets quelques temps à la rattrapper, c'est Monika, une allemande, qui roule de Passau jusqu'à la mer Noire. Nous poursuivons ensemble jusqu'à Corabia, la prochaine grande ville.

Le Danube à Corabia

Cette ancienne cité industrielle a vu ses usines fermer (on voit encore les sites à l'abandon en arrivant en ville) et beaucoup de ses habitants sont partis chercher du travail ailleurs. Cependant, nous pouvons ravitailler dans un supermarché et pique-niquer dans un parc.

La rivière Olt et ses plages de sable blanc

Nous poursuivons rapidement avec le vent dans le dos et traversons la rivière Olt et ses plages de sable blanc avant d'arriver à notre étape, Turnu-Magulere, autre ville importante, un peu plus animée que la précédente. On peut aussi y voir une jolie cathédrale, avec d'étonnants clochetons vrillés.

La cathédrale de Turnu Magurele

Retour en haut

Monika a déjà réservé une chambre dans le seul hôtel de la ville, elle est à 40 euros !! Je décide donc d'aller chercher un endroit où planter ma tente à la sortie de la ville. Je m'arrête dans une station-service et demande si je peux planter ma tente dans la pelouse d'à côté, la dame me dit 'Da'.Me voilà donc installé sur un site inédit, mais pratique car il y a des toilettes et un lavabo.

Clocheton vrillé de la cathédrale de Turnu Magurele

Je retrouve Monika en ville où nous prenons une bière avant de rentrer diner et écrire mon blog dans mon camping improvisé.
km jour : 93, km total : 4752

Porche de la cathédrale de Turnu Magurele

Une journée de rêve...

Commentaires (0)

Le 05-06-2013
Je replie mon campement de station-service improvisé sous le soleil qui pointe déjà son nez à 7h15.

Monika et moi après le pique-nique

Retour en haut

Monika arrive avec un croissant chaud, comme elle me l'avait promis hier soir et nous partons pour rouler ensemble toute la journée.

Rivière et troupeau

Si on demande à un cyclo quelle serait sa journée idéale, je pense qu'elle ressemblerait à celle d'aujourd'hui. Le soleil brille, mais sans être trop chaud. Le vent souffle de dos, la route est bonne et avec très peu de trafic. Dans tous les villages, nous avons droit à des 'Hello', 'Hola', 'Salute', de grands sourires et signes de la main des vieilles personnes assises devant leur maison, les enfants se mettent au bord de la route pour qu'on leur claque dans la main.

Avion perdu dans la campagne

Nous roulons à bonne allure, car nous avons prévu une longue étape dans ces conditions idéales. Nous faisons une pause pique-nique, café, internet à Zimnicea. Comme depuis la Hongrie, dans toutes les villes moyennes ou grandes, on trouve du WiFi partout.

Retour en haut

Nous roulons au milieu des champs de céréales ou de tabac ou dans des zones humides plus sauvages. Les villages se succèdent, nous faisons une pause pour s'hydrater dans le bistrot de l'un d'entre eux où les villageois s'hydratent eux-aussi à coup de canette de 75 cl de bière...

Nous arrivons finalement à Giurgiu, une grande ville portuaire où nous prenons une glace. Monika a prévu de traverser le Danube pour aller passer 2 nuits en Bulgarie dans la ville de Ruse située en face.

De mon côté, j'ai hâte d'arriver à Constanta et je devrais y être dans 3 jours en restant du côté roumain. Après mes deux nuits de camping sauvage, j'ai besoin d'un peu de confort.

Retour en haut

Le patron du bar où nous nous sommes arrêtés nous aborde en nous proposant une chambre dans une pensuine, c'est à dire un petit hôtel pour 100 Lei, soit un peu plus de 20 euros. Comme je n'ai pas envie de chercher par moi-même, je dis OK et on m'embarque sans un pick-up avc le vélo à l'arrière vers mon hébergement.

Après quelques minutes, j'arrive dans ladite pensuine, je suis le seul client et je peux choisir ma chambre avec un bon lit. J'ai une salle de bain et une cuisine à disposition, impeccable.J'ai certainement payé plus cher que si j'y étais allé seul, mais bon...
km jour : 115, km total : 4867

Premières chaleurs

Commentaires (1)

Le 06-06-2013
Je quitte ma pensiune après avoir bien rechargé les batteries, les miennes et celles de l'ordi. J'en aurai besoin car, pour les deux prochaines nuits, ce sera dans la nature.

Travaux dans les champs

Retour en haut

Je quitte Giurgiu sur une 4 voies qui pars vers Bucarest, donc avec pas mal de camions. Heureusement qu'il y a la bande d'arrêt d'urgence. Après une douzaine de km, je bifurque sur une route bien plus calme, mais un peu vallonnée, ce sont les premières côtes que je rencontre en Roumanie.

Chevêche d'Athéna

Je retrouve les mêmes paysages ruraux où l'on travaille encore beaucoup les champs à la main, ou avec des chevaux. Le ciel est bleu, le soleil brille et la température va grimper aujourd'hui.

Mon site de bivouac au coucher de soleil

La seule ville importante traversée est Oltenita où je fais quelques courses et un arrêt WiFi. Il me faut ensuite trouver un endroit pour planter ma tente.

Coucher de soleil

Retour en haut

Ce n'est pas évident ici car les villages se succèdent presque sans interruption. Je vois bien une station service, mais il n'y a pas de place. Je poursuis jusqu'à arriver à un grand lac de barrage, sur lequel je vois mes premiers pélicans.

Sur les rives, je trouve un petit coin tranquille à l'écart de la route, je vais m'y installer. En attendant, je vais au village suivant, Dorobantu pour acheter de l'eau et je trouve un WiFi pour écrire le blog.
km jour : 112, km total : 4979

Changement de décor

Commentaires (1)

Le 07-06-2013
La nuit s'est bien passée, mais quand on dort en tente, on est réveillé par le soleil, c'est à dire à 5h30 ici. Je traine un peu au lit et le temps d'attendre que la tente soit sèche, je décolle à 8h00.

Traversée Calarasi - Silistra

Retour en haut

La première partie du parcours ressemble aux jours précédent. Je rejoins ensuite une route plus importante vers Calarasi, une grande ville industrielle. Ici, je vais traverser le Danube pour terminer le parcours sur la rive droite.

Vignes sur les côteaux du Danube

La traversée dure une bonne vingtaine de minutes et j'arrive près de Silistra en Bulgarie, mais je reste en Roumanie. De ce côté du Danube, le paysage est totalement différent, beaucoup plus vallonné, on y cultive principalement la vigne sur de grandes surfaces.

Dernière vue sur le Danube depuis les hauteurs

Je traverse aussi moins de villages, mais plus de zones humides et de lacs, l'occasion d'ajouter plusieurs nouvelles espèces d'oiseaux à la liste.

Le monastère de Dervent

Retour en haut

Je passe aussi à côté du monastère de Dervent. L'entrée est squattée par un groupe d'enfants qui m'assaillent dès que j'arrive,ce qui ne me donne pas envie de m'arrêter.

Le monastère de Dervent

Les côtes et descentes se succèdent, mais j'ai trouvé le bon développement pour monter tranquillement à 9-10 km/h sans m'essouffler. Le soleil brille et il fait chaud, je m'arrête aux fontaines des quelques villages pour me rafraîchir.

De ce temps là, je n'ai pas trop envie de passer une seconde nuit sans douche. Je m'arrête dans un premier village où il y a des chambres, mais tout est occupé. Le propriétaire téléphone au village suivant, mais c'est aussi complet.

Retour en haut

Finalement, je roule 12 km supplémentaire jusqu'à Ion Corvin pour trouver une pensiune où je vais même prendre le dîner et le petit déj. J'y rencontre 2 suisses qui terminent leur trajet depuis Donaueschingen.
km jour : 99, km total : 5078

Arrivée à la Mer Noire

Commentaires (4)

Le 08-06-2013
Aujourd'hui, je termine l'itinéraire de l'eurovélo 6 puisque je vais rejoindre la Mer Noire à Constanta.

Le monastère St Apostol Filip

Après un bon petit déjeuner pris à la pensiune (fromage, charcuterie, oeuf, yaourt, jus de fruit), me voilà prêt à entamer cette journée particulière.

Ruines d'un fort romain à Adamclisi

Retour en haut

J'attaque tout de suite par une longue montée en faux plat. D'ailleurs les 40 premiers km du jour ne sont qu'une succession de montées et descentes.

Le canal du Danube à la Mer Noire

En route, on peut voir quelques monastères et des sites archéologiques romains, dont un grand fort près de Adamclisi. La route devient ensuite plus plate. Le temps est toujours au beau fixe, mais le vent a tourné et souffle du sud-est, donc de côté pour le moment.

Arrivée à Constanta

Je prends mon pique-nique dans un nouveau mini-market de campagne avant de changer de monde. Je tourne en effet vers l'est sur une grande route à 4 voies. La circulation est importante et j'ai le vent de face sur cette route de 20 km toute droite.

Eglise à Constanta

Retour en haut

J'arrive petit à petit dans la grande ville de Constanta, située au bord de la Mer Noire, c'est d'ailleurs le plus grand port de Roumanie.

Le casino de Constanta

J'essaie de voir enfin la mer, mais surprise, le port est envahi par la brume et on ne voit quasiment rien. Cette brume est de plus très fraiche, très bizarre. En fait, ce ne sont que quelques bancs et je peux enfin prendre une vraie photo de la Mer Noire un peu plus loin, au niveau des plages.

Le casino de Constanta dans la brume

Je longe le bord de mer et passe devant l'ancien casino, maintenant fermé, puis remonte dans le centre historique qui est en travaux.

Le musée d'histoire de Constanta

Retour en haut

Les campings sont situés en dehors de la ville vers le nord et je dois encore rouler une douzaine de km sur une bande de terre entre le lac Siutghiol et la mer. C'est ici qu'est construite la station balnéaire et les dizaines d'hôtels se succèdent.

Plages sur la Mer Noire à Constanta

Je fais une pause pour manger une glace bien méritée, nous sommes samedi et il y a beaucoup de monde sur la plage. J'évite le premier camping qui me parait mal équipé pour m'arrêter au suivant où je ne paye que 16 Lei (même pas 4 euros la nuit).

La plage devant le camping

Il y a beaucoup de méduses dans la mer, donc je ne fait que tremper les jambes. D'ailleurs, il n'y a pas beaucoup de monde dans l'eau qui n'est pas très chaude.

Retour en haut

Voilà, je suis content de moi, de ces plus de 5000 km en 58 étapes pour arriver jusqu'ici. Maintenant, je vais prendre quelques jours de vacances, rester 2 ou 3 nuits ici, puis partir tranquillement à Tulcea pour aller passer quelques jours à Crisan dans le delta du Danube.
km jour : 94, km total : 5172

Demandez le programme !!!

Commentaires (2)

Le 09-06-2013
Journée de repos à Constanta aujourd'hui. Ce matin, je suis parti refaire un tour dans le centre et notamment dans la cathédrale.

Peinture murale dans l'entrée de la cathédrale

Nous sommes dimanche et j'arrive pendant la messe orthodoxe. Rien à voir avec notre rite catholique. D'abord, il n'y a pas de bancs, les fidèles sont debout ou à genou dans l'église. Ensuite, les prêtres sont dans le choeur, mais on ne les voit quasiment pas et il tournent le dos à l'assistance la plupart du temps. Par contre, toute la messe est chantée, c'est une ambiance très spéciale, mais magnifique.

Peintures sur le plafond de l'entrée de la cathédrale

Retour en haut

L'intérieur de la cathédrale est entièrement peint, c'est superbe, mais je ne prends évidemment pas de photos pendant la messe... j'en a pris quelques unes de l'extérieur pour faire voir ce que ça donne.

Ensuite, je pars dans un autre temple, celui de la consommation, un centre commercial Auchan situé en périphérie (il y a aussi un Carrefour et un Cora). On est dimanche, mais tous les magasins sont ouverts.Je finis par trouver une carte routière de la Roumanie pour préparer la suite de mon voyage.

Je rentre au camping où se trouve une équipe d'une télé roumaine qui y fait un reportage. Je suis interviewé, donc si vous captez la chaine Digi24, je passe à la télé.

Retour en haut

Je passe l'après-midi à préparer le voyage retour. Demain, je pars pour Tulcea, où je serai mercredi pour prendre un bateau afin d'aller passer quelques jours à Crisan dans le delta du Danube.

Je devrais y rester jusqu'au mardi suivant où j'entamerai mon trajet retour. Je vais remonter vers le nord de la Roumanie, passer en Ukraine jusqu'à Lviv, puis bifurquer vers la Pologne (Cracovie), la République Tchèque (Brno, Prague), puis remonter vers Berlin et Rostock. Ensuite, je rejoindrai Hambourg, puis longerai la mer du Nord jusqu'à Berck. Ce qui fait selon mes premières estimations un peu plus de 4000 km, soir 2 mois de route.

   - Arrivée en Roumanie

   - La campagne Roumaine sous le soleil

   - Soleil et vent

   - Compagnie et camping inattendus

   - Une journée de rêve...

   - Premières chaleurs

   - Changement de décor

   - Arrivée à la Mer Noire

   - Demandez le programme !!!

 

Tous les thèmes

 La Baie de Somme à vélo

 Les grands lacs Champenois

 Paris-Copenhague (suite et fin)

 Paris-Copenhague

 Matériel


 5 mois en Europe