Voyages en vélo

Les Balkans

Accueil à la Croate

Commentaires (1)

Le 25-05-2013
Après ma dernière nuit en Hongrie, je prends la route pour une longue étape. Il a plu hier soir et cette nuit (c'est bien comme ça!!) et le ciel est encore chargé ce matin,mais va se dégager dans la journée.

Cigogne blanche

L'itinéraire emprunte une digue sur la rive gauche du Danube, d'abord sur une bonne piste goudronnée. Arrivé à Dunafalva, elle est en travaux et couverte de sable, donc impraticable avec mon vélo chargé. Je dois donc prendre l'itinéraire bis et passe par la route pour rejoindre Ujmohacs où je dois prendre le bac. Le problème, c'est que cela ajoute une dizaine de km à mon parcours du jour, déjà long.

Attention aux mines !!

Je traverse une nouvelle fois le Danube vers Mohacs et roule pour mes derniers kilomètres en Hongrie jusqu'à la ville frontière de Udvar. Pour la première fois, je passe une vraie frontière avec douanier et tampon sur le passeport. Sur le bord de la route, on voit des panneaux indiquant 'Mines', il est déconseillé de quitter les routes à cause de ces mines qui subsistent depuis la guerre en ex-Yougoslavie.

Arrivée en Croatie

Retour en haut

L'itinéraire en Croatie passe uniquement sur des routes, en très bon état et bien balisé. Je monte aussi mes premières côtes depuis un moment. Le vent souffle du sud et il est donc défavorable, mais peu violent.

Balisage de la véloroute en Croatie

J'atteins ensuite la petite ville de Batina où j'espère trouver un distributeur pour retirer des Kunas, la monnaie locale, mais celle-ci ressemble à une ville fantôme, quasiment personne dans les rues, aucun commerce... Finalement, je trouve un distributeur dans un autre village bien plus loin.

Poissons grillés au menu

J'avais pévu de passer dans le parc Kopacki Rit à partir de Batina, mais je renonce car la route emprunte une piste sur 37 km, dont je ne connais pas l'état. J'irai demain dans le parc à partir de la sortie de cette piste qui se trouve à côté du camping où je vais passer la nuit.

Devant le match

Retour en haut

Je continue donc sur la route normale jusqu'à Kopacevo. J'arrive au camping où je suis accueilli par le propriétaire et des amis qui sont en train de finir leur déjeuner. Je suis invité à leur table et j'ai droit à la soupe de poisson accompagnée de vin blanc (il est 4 h, mais j'ai encore faim après mes 116 km du jour).

Ce soir, c'est la finale de la ligue des champions de foot et je suis invité à aller la voir et à diner en même temps. Sur ceux, un camping car italien arrive pour faire le plein d'eau, ils sont aussi invités et vont finalement rester cette nuit.

Nous nous retrouvons donc à une quainzaine (2 italiens, 3 allemands, des croates et des hongrois) pour diner de poissons du Danube grillés, avant de voir le match. Le tout est bien arrosé de vin et de bière. La soirée se termine au camping autour de nouveaux verres …
km jour : 116, km total : 3890

Retour en haut

Temps de Toussaint

Commentaires (0)

Le 26-05-2013
Changement de décor ce matin, il a commencé à pleuvoir hier soir et ça continue. Après mes excès de la veille, je suis content d'avoir une courte étape aujourd'hui. Je profite d'un arrêt temporaire de la pluie pour faire un petit tour dans le parc national, situé juste à côté du camping.

Plan d'eau dans le parc national Kopacki Rit

C'est bien dommage qu'il fasse ce temps, car le parc est magnifique avec de vastes plans d'eau et la forêt inondée. On peut y voir de nombreux oiseaux. J'y reste une heure avant que la pluie reprenne de plus belle.

Forêt inondée dans le parc national Kopacki Rit

Heureusement qu'il y a un abri au camping où je peux faire sécher la tente. J'attends jusqu'en début d'après-midi pour partir. Il bruine encore, mais ça va. En plus, je vais avoir le vent de dos une grande partie du parcours.

Le château d'eau de Vukovar

Retour en haut

Pas grand chose à voir sur la route, en plus, comme c'est dimanche, tout est fermé et les villes traversées sont désertes. J'arrive finalement à Vukovar, une ville qui porte encore les stigmates de la récente guerre de 1991. La ville a été très fortement touchée par le siège de l'armée serbe qui a duré trois mois, détruisant la majorité des bâtiments de la ville.

On peut encore voir quelques ruines, dont un château d'eau qui domine le Danube et qui a été laissé en état après la fin de la guerre, pour commémorer la bataille.

Ce soir, je dois dormir chez Zoran, un hôte Warmshowers. Je me rends à son adresse, mais je tombe sur un couple qui ne parle pas un mot d'anglais et je n'arrive pas à m'expliquer avec eux.

Retour en haut

Je retourne au centre-ville pour retrouver du WiFi et j'ai un message de Zoran qui me cherche. Il finit par me retrouver et m'explique que les 2 personnes que j'ai vues sont ses parents, mais ils n'étaient pas au courant de min arrivée.

Finalement, nous allons diner dans un des rares restaurants ouverts (nous solles dimanche), très bonnes grillades d'ailleurs. Finalement, je vais dormir dans une autre maison inoccupée dans laquelle Zoran a du mal à allumer le chauffage et à mettre l'eau chaude.

Après ce début de soirée un peu étrange, je finis par aller me coucher, je prendrai la douche demain matin.
km jour : 69, km total : 3959

Retour en haut

De Croatie en Serbie

Commentaires (1)

Le 27-05-2013
Lorsque je me lève, Zoran est déjà parti travailler et je suis seul. Je prépare mon petit déj lorsque son père arrive pour fermer la maison.

Eglise à Ilok

Je suis donc un peu pressé pour finir de déjeuner et je quitte Vukovar où cet hébergement Warmshowers fut bien étrange...

Arrivée en Serbie

Je rejoins tout d'abord Ilok en suivant une route au trafic assez important et relativement vallonnée. Le temps est couvert et frais, il tombe quelques gouttes.

Passage des 4000 juste après l'entrée en Serbie

Retour en haut

Ilok est la ville frontière avec la Serbie. J'ai alors deux options, traverser le Danube pour rejoindre une route plate mais avec un trafic important, ou rester sur la rive droite sur de petites routes vallonnées. Comme j'ai le temps, je choisis la seconde option.

Pique-nique à Banostor

Je passe la frontière, là encore avec douaniers et passeport, pour entrer dans le 8ème pays du voyage, la Serbie.

Cigogne blanche

On voit tout de suite plusieurs différences. La première, c'est qu'on écrit en Cyrillique, donc en plus d'être incompréhensible, la langue est illisible... Heureusement, sur la plupart des panneaux routiers, le nom des villes est aussi écrit en lettres romaines.

La forteresse de Petrovaradin

Retour en haut

La seconde différence, c'est que le parcours n'est plus du tout balisé et les routes sont en moins bon état. Le guide est donc indispensable.

Avec Alexander et Jean

Le parcours est très vallonné et traverse de petits villages de campagne. On rejoint les rives du Danube par moment, et j'en profite pour pique-niquer sous une petite paillote.

J'arrive en vue de Novi Sad, mon étape du jour. C'est la deuxième ville du pays en nombre d'habitants. J'arrive en longeant la forteresse de Petrovaradin. Construite entre 1692 et 1780, elle a protégé la ville des invasions turques.

Retour en haut

Lorsque j'arrive sur le pont pour traverser le Danube, on m'interpelle en français. C'est Jean, un espagnol-vénézuélien qui m'a identifié comme français. D'habitude, on me prend plutôt pour un allemand à cause des marques de mon équipement.

Jean est étudiant à Novi Sad dans le cadre du programme Erasmus. Il parle très bien français, car il a été pendant 2 ans légionnaire... Il rentre de ses cours et m'invite chez lui ou je rencontre aussi son voisin Alexander, un étudiant Serbe.

Cela tombe très bien car, d'abord, Jean est très sympathique, il me prépare à manger, me propose un douche. En plus, il commence à pleuvoir et je suis bien content d'avoir un abri et enfin, mes hôtes Warmshowers du soir ne peuvent me recevoir qu'à partir de 20 heures.

Retour en haut

Jean est un passionné de sports, il en pratique de très nombreux. Il a un prénom français, car il est né à Mont de Marsan, son père y était réfugié durant la guerre civile espagnole.

Je rejoins ensuite l'appartement de mes hôtes Warmshowers du jour, Ivana et Endre, un jeune couple qui va partir sur l'eurovélo 6 cet été jusqu'à St Nazaire.
km jour : 86, km total : 4044

Vers la capitale

Commentaires (0)

Le 28-05-2013
Je quitte mes charmants hôtes et pars faire un petit tour dans le centre de Novi Sad que je n'avais pas vu hier suite à la rencontre de Jean. Je fais un tour dans les rues piétonnes du centre ville.

La place principale de Novi Sad

Retour en haut

Je retraverse le Danube pour rejoindre l'itinéraire qui, aujourd'hui, est assez bien balisé. J'arrive dans la ville de Sremski Karlovci. Cette ancienne cité datant du 16ème, a conservé de nombreux bâtiments anciens, dont un séminaire orthodoxe (toujours en activité), une cathédrale et de nombreuses églises.

L'église du Nom de Marie à Novi Sad

La météo s'est améliorée, le soleil brille et les températures vont passer les 20, voire 25 dans l'après-midi.

Rue piétonne à Novi Sad

J'attaque ensuite une longue montée de plus de 4 km dans une circulation assez importante et avec un revêtement qui est bien dégradé vers le sommet.

Intérieur de la cathédrale orthodoxe de Sremski Karlovci

Retour en haut

Arrivé en haut, l'itinéraire va emprunter de petites routes de campagne très agréables sous le soleil. Je croise un couple de voyageurs, Wendy et Marten, des Hollandais qui rentrent d'un périple d'un an en Asie, ça fait envie !!!

Intérieur de la cathédrale orthodoxe de Sremski Karlovci

Je m'approche de Belgrade et la circulation s'intensifie. Je prends donc une variante qui suit une piste dans les champs sur une dizaine de km, un peu tape-cul, mais plus agréable que les gaz d'échappement.

Bâtiment de Sremski Karlovci

J'arrive alors au terme de cette étape, au camping Dunav, situé une dizaine de km avant la capitale Serbe que j'irai visiter demain.
km jour : 83, km total : 4127

La cathédrale orthodoxe de Sremski Karlovci

Retour en haut

Le palais patriarcal de Sremski Karlovci

Balisage de l'eurovélo en Serbie

Montagnes Serbes

Commentaires (0)

Le 29-05-2013
Il fait déja chaud lorsque je me lève, le ciel est voilé et le temps restera lourd toute la journée. Le vent souffle du sud et sera donc défavorable aujourd'hui.

La forteresse Kalemegdan de Belgrade

Retour en haut

Je quitte le camping pour rejoindre Belgrade. La route est étroite et la circulation importante, notamment beaucoup de bus. Après une petite partie de piste cyclable le long du Danube, je dois traverser la rivière Sava pour entrer dans Belgrade. Sur l'autre rive, on peut voir la forteresse de Kalemagdan.

L'église St Sava de Belgrade

Le balisage est quasi inexistant ce jour, et heureusement que j'ai le guide et la GPS pour traverser la capitale Serbe. Ici, rien n'est prévu pour les cyclistes et il faut composer avec les bus, les rails de tram et les voitures.

L'intérieur de l'église St Sava de Belgrade

Je n'ai pas prévu de passer une journée à visiter Belgrade, notamment à cause du camping qui est mal placé à 15 km du centre. Je n'ai en plus, pas trouvé d'hôte warmshowers.

Les tours du château de Smederevo

Retour en haut

Le seul arrêt que je fais est pour l'église orthodoxe St Sava qui est encore en cours de construction. Ensuite, il faut beaucoup de temps pour sortir de l'agglomération, sur une route assez étroite qui n'arrête pas de monter.

La place principale de Smederevo

Je sors enfin de la ville, mais pas de la circulation qui reste assez forte. Après une bonne descente, c'est une nouvelle longue montée qui m'attends avec parfois de bonnes rafales défavorables. Une nouvelle descente, assez impressionnante avec le vent de face, me permet de retrouver les rives du Danube.

L'intérieur de l'église St Georges de Smederevo

Par la suite, l'itinéraire reste bien valonné jusqu'à Smederevo. Dans cette ville on peut voir les vestiges d'un immense château qui compte encore 5 portes et 25 tours. Je m'arrête sur les bords du Danube pour le pique-nique. En route, j'ai acheté un kg de cerises à une petite mamie (pour 1 euro, pas cher !!). Tout au long de la route, on trouve ainsi des marchands de fruits (fraises et cerises en ce moment).

La façade de l'église St Georges de Smederevo

Retour en haut

Je fais une autre pause sur la place principale où se trouve l'église St Georges. C'est une église orthodoxe, à l'intérieur, pas de bancs comme dans nos églises. Je mange aussi une glace pour me remettre de mes ascensions.

Pont mixte route-train sur la Morava

Le reste du parcours est plus plat, mais avec ce vent de face très pénible. De plus, le revêtement est assez mauvais. Pour traverser la rivière Morava, il faut emprunter un curieux pont que la route partage avec une voie ferrée. On peut emprunter un passage pour piétons sur le côté qui permet d'éviter l'éventuel train qui arriverait en face...

J'arrive finalement à Pozarevac chez mon hôte warmshowers Ivan, qui est en fait parti faire un tour en vélo jusque Sarajevo. C'est sa femme qui m'accueille, mais elle ne parle pas anglais. Il faut donc attendre le retour de leur fils Martin pour pouvoir communiquer.
km jour : 98, km total 4224

Retour en haut

Vers les Portes de Fer

Commentaires (0)

Le 30-05-2013
Finalement, ce Warmshowers a été très bizarre. Après avoir vu le fiston hier soir, je me suis retrouvé tout seul dans la petite chambre qui m'était réservée et je n'ai plus vu personne, pas même ce matin.

Mine de charbon à ciel ouvert

Je suis donc parti sans pouvoir remercier mes hôtes. Le temps est un peu plus frais ce matin, mais le soleil brille entre les nuages. Le vent souffle encore, mais le parcours est assez tortueux et il n'est pas toujours de face.

Le Danube devant la forteresse de Ram

J'entame la route dans une région minière où l'on exploite le charbon dans d'immenses mines à ciel ouvert. Je passe à côté de l'une d'elles, le trou est impressionnant !!!

La forteresse de Ram

Retour en haut

Je rejoins ensuite les bords du Danube sur une jolie digue jusqu'au village de Ram où il faut monter jusqu'à la forteresse sur un chemin de graviers super pentu, très dur même à pieds. A partir d'ici, le fleuve constitue la frontière entre la Serbie et la Roumanie. Je vais rester du côté Serbe encore aujourd'hui et demain.

L'entrée des Portes de Fer

Je redescends et atteins la ville de Veliko Gradiste où Zoran, qui habite ici m'aborde et m'offre un café en me donnant quelques tuyaux pour la suite, très sympa ce Zoran !!

Route creusée dans la falaise

Entre temps, le ciel s'est couvert et une grosse averse orageuse commence à tomber. Les rues se tranforment en rivière et je suis bien heureux d'avoir fait cette pause et de pouvoir être à l'abri.

La forteresse de Golubac

Retour en haut

Après 1h30, la pluie se calme et je peux remonter en selle. J'arrive à Golubac qui est l'entrée des Portes de Fer. Ce site correspond à l'endroit où le Danube traverse la chaine montagneuse des Carpates. Effectivement, au fur et à mesure que j'avance, le fleuve devient plus étroit et coule entre les falaises, c'est magnifique. A l'endroit du rétrécissement a été bâtie la forteresse de Golubac qui garde l'entrée de ces gorges.

Tour de la forteresse de Golubac

Je me décide à m'installer dans ce cadre splendide pour mon premier camping sauvage, car le soleil est revenu. Il y a de l'herbe en contrebas de la route et même un banc à côté d'un point info-touristique qui est fermé et en prime une connexion WiFi venue de je ne sais où !!!
km jour : 85, km total : 4309

La route passe à travers la forteresse de Golubac

La route passe à travers la forteresse de Golubac

Retour en haut

Premier camping sauvage

La forteresse éclairée la nuit

A travers les Carpates

Commentaires (2)

Le 31-05-2013
La nuit fut calme, mis à part quelques camions manoeuvrant pour passer sous la forteresse. Il fait frais ce matin et le soleil pointe à travers les nuages. Le temps va rester correct quasiment toute la journée. Tant mieux, car aujourd'hui, je traverse les Carpates sur une des plus belles parties de l'Eurovélo 6.

Le Danube au milieu des Carpates

Retour en haut

Me voilà donc parti pour près de 100 km à travers cette grande chaine montagneuse d'Europe Centrale. Le route est la plupart du temps coincée entre le Danube et les falaises couvertes d'une forêt impénétrable. Je suis dans le parc national Derdap dans lequel vivent lynx, ours et chacals, je n'en verrai pas … Par contre, il y a une invasion de chenilles. Elles sont partout, sur la route, les tables de pique-nique ou pendant au bout d'un fil de soie, ce qui fait qe j'en récupère plusieurs sur moi, mais elles ne sont pas urticantes, malgrè leurs longs poils.

Entrée d'un des 21 tunnels

Ici, le cours du Danube est calme et le fleuve est parfois très large car à l'autre extrémité est construit un immense barrage (sur lequel je traverserai demain vers la Roumanie).Cette construction datant des années 60 a eu pour effet de faire monter le niveau jusqu'à 35 m par rapport au cours initial, ce qui a englouti de nombreux villages. Certains ont été reconstruits plus haut.

Pause à Donji Milanovac

La route passe par 21 tunnels, le problème, c'est qu'ils ne sont pas éclairés et étroits. Le plus long fait 350 m. Heureusement que la circulation est faible et je passe donc la plupart des tunnels sans croiser, ni me faire dépasser par voitures ou camions. Seule une fois, j'ai entendu un camion arriver dans mon dos, le bruit est impressionnant et il faut espérer que le conducteur va vous voir...

Une des milliers de chenilles vues aujourd'hui

Retour en haut

Je fais une pause café-internet à Danji Milanovac, après avoir gravi une belle montée. A ce propos, la Serbie est pour le moment le pays où j'ai eu le plus de facilité pour accéder au WiFi (Cf hier soir).

Les gorges du Danube

Je poursuis ma route vers les gorges du Danube, là où le fleuve est le plus étroit (150 m au minimum) et encadré par d'impressionnantes falaises verticales. Le paysage est vraiment magnifique ici. Par contre, je commence à voir de gros nuages noirs s'amonceler, l'orage approche...

On approche du point le plus étroit

La suite du parcours est une longue montée au sommet de laquelle je trouve de quoi m'abriter en attendant l'averse. Ici, on a une vue superbe que les gorges et aussi sur l'immense statue du roi roumain Decebalus, taillée dans la falaise, elle mesure 40 m de haut pour 25 de large.

Les nuages s'amoncellent

Retour en haut

Finalement, l'orage passe au loin et il ne pleut presque pas. J'entame donc la descente vers le village de Tekija où j'espère trouver un endroit où dormir. En effet, à partir de maintenant, il n'y a plus de campings, ni d'hôtes warmshowers. Mais on trouve facilement des chambres chez l'habitant, même dans les petits villages. En fait de chambre, je trouve un appartement avec une chambre, une salle de bain et une cuisine pour moins de 8 euros la nuit, moins cher que pas mal de campings...

Péniche entrant dans le passage le plus étroit

Le seul problème, c'est que l'orage a coupé l'électricité, mais il reste de l'eau chaude pour la douche.
km jour : 93, km total : 4402

Les gorges vues depuis le côté aval

Eglise du côté Roumain

Retour en haut

Site de la statue de Decebelus Rex

Statue de Decebelus Rex

Site de la statue de Decebelus Rex

Retour en haut

Orage sur les gorges du Danube

   - Accueil à la Croate

   - Temps de Toussaint

   - De Croatie en Serbie

   - Vers la capitale

   - Montagnes Serbes

   - Vers les Portes de Fer

   - A travers les Carpates

 

Tous les thèmes

 La Baie de Somme à vélo

 Les grands lacs Champenois

 Paris-Copenhague (suite et fin)

 Paris-Copenhague

 Matériel


 5 mois en Europe